Archive de la catégorie ‘Médias’

François-Régis Hutin, patron de Ouest-France défend son camp !

Mardi 28 avril 2009

011.jpg

 Dans un éditorial publié dans l’édition du samedi 25 avril, le patron de Ouest-France se prononce  contre les actions violentes. Il cite pêle mêle «  les coupures de courant utilisées par les salariés d’ERDF, les séquestrations de présidents d’université, de dirigeants d’entreprise, les saccages de locaux industriels ou administratifs « . Il s’en prend ensuite  » à ceux qui par démagogie disent comprendre les auteurs de ces violences « .

Pour notre part, au Parti de Gauche, nous soutenons les luttes des salariés. On dénombre en France, deux morts par jour dus à des accidents du travail, huit morts par jour dus à l’amiante, deux millions et demi de salariés exposés chaque jour dans leur travail à des produits cancérigènes, des millions d’hommes et de femmes poussés aux limites de ce qu’un être humain peut supporter. Tous sont victimes des exigences de rentabilité des patrons et actionnaires.

Cette violence est d’autant plus terrible qu’elle n’est pas socialement reconnue. Il en va ainsi, par exemple, des suicides au travail. Il est toujours extrêmement difficile de faire admettre la responsabilité des entreprises concernées. Et pourtant l’organisation du travail qu’elles imposent est souvent en cause. Ainsi en 1995 la CGT avait dénombré pas moins de huit suicides sur une année chez les travailleurs d’entreprises sous-traitantes chargées de la maintenance de la centrale nucléaire de Chinon. De même, les suicides du Technocentre de Renault, plus médiatisés car touchant des cadres, ne peuvent être séparés de la décision du patron de Renault d’obliger son entreprise à augmenter le dividende par action de 250%.

Les ouvriers qui retiennent leur patron pour l’obliger à négocier agissent dans le silence de la loi. Si celle-ci instituait un droit de véto des représentants du personnel sur les licenciements, le dialogue social serait une obligation. Non pas une simple formalité, la nécessité d’informer les travailleurs du sort qui a été décidé pour eux, mais l’obligation de convaincre et donc de procéder à un échange argumenté.

La raison est le meilleur rempart contre la violence. Son exercice suppose des êtres libres et égaux en droit.

Loin de menacer l’Etat de droit, la révolte des salariés est créatrice de droit, de la même manière que la République dans notre pays est fille d’une insurrection populaire. C’est donc à la fois en militants de gauche et en militants républicains que nous sommes à leurs côtés.

Pour être complet, précisons que le patron de Ouest-France est un patron de combat. Il maintien dans la précarité totale des milliers de correspondants de presse, de porteurs de journaux. Ouest-France défend son camp, celui de l’ordre établi